L’histoire d’Iris, 46 ans, atteinte d’un adénome hypophysaire

Tumeur hypophysaire de perte de poids, Adénome hypophysaire : Définition, Symptômes, Traitements | Carenity

Défaut de diagnostic d'une tumeur hypophysaire d'un patient en Notre sociétaire est médecin généraliste. Il reçoit en consultation au mois de juillet un jeune homme âgé de 30 ans présentant une fatigue chronique accompagnée de douleurs rachidiennes.

Il le recevra à 4 reprises.

tumeur hypophysaire de perte de poids

Le praticien suspecte initialement un lumbago. Il revoit le patient en avril Une dernière consultation aura lieu en mai Face à la persistance des troubles asthénie, perte de poids importante, douleurs, céphalées et instabilitéle patient consulte un nouveau médecin généraliste.

Ce dernier organise son hospitalisation en milieu infectieux, en rhumatologie en raison des douleurs puis enfin en neurologie.

Il reproche à notre sociétaire un retard de diagnostic fautif. L'avis de la Commission de Conciliation et d'Indemnisation CCI La Commission désigne une expert, neurologue endocrinologue, pour se prononcer sur la responsabilité de notre sociétaire, médecin généraliste. La difficulté était en l'espèce augmentée du fait que ce patient ne présentait pas tous les symptômes classiques et qu'il n'a notamment jamais présenté de tumeur hypophysaire de perte de poids de l'érection.

Définition des adénomes hypophysaires

Selon elle, il était rigoureusement tumeur hypophysaire de perte de poids d'évoquer cliniquement la possibilité d'une histoire hypophysaire. D'ailleurs, le second médecin consulté a lui aussi évoqué une borréliose de Lyme du fait des symptômes musculaires et de la notion d'une piqûre de tique. Ce diagnostic était strictement impossible à faire à partir des données cliniques. Certes, tout cela est facile à commenter a posteriori mais ne l'est absolument pas au cours du déroulé de cette observation".

Adénome hypophysaire : tout savoir

Le 26 novembrela CCI rend son avis. Lorsque les symptômes neurologiques sont apparus, le déficit hormonal était alors déjà enclenché. Dans le cas de ce patient, ni les symptômes allégués ni les motifs de consultation, ni la biologie ne permettaient d'évoquer l'histoire hypophysaire.

La Commission considère que le traitement prescrit pour lutter contre la maladie de Lyme n'était toutefois pas adapté aux résultats biologiques négatifs.

Symptômes de la tumeur fonctionnelle

Le praticien aurait donc dû considérer les autres symptômes allégués afin de solliciter un avis spécialisé, comme cela a été fait ultérieurement. Ce retard de diagnostic n'a toutefois pas généré de perte de chance puisque l'intervention sur un macro adénome conduit en général à une insuffisance hypophysaire puisque sa découverte est généralement faite lorsque la tumeur est bien installée et que les signes neurologiques sont apparus.

tumeur hypophysaire de perte de poids

L'état de santé actuel du patient résulte donc uniquement de l'évolution de sa pathologie initiale. La demande d'indemnisation est donc rejetée.

tumeur hypophysaire de perte de poids

Non satisfait de cette décision, le patient décide de saisir les juridictions judiciaires. Il saisit dans un premier temps le juge des référés afin de formuler une contre-expertise. Une expertise CCI peut-elle être contestée devant le juge des référés?

Le juge des référés ne peut en effet se prononcer sur une affaire appelant une contestation sérieuse au fond. Par ailleurs, l'expertise diligentée en CCI présente les mêmes garanties quant aux compétences des experts désignés.

Enfin, sur une question de forme, le principe du contradictoire imposé devant les juridictions judiciaires est également respecté dans le cadre des procédures CCI.

Face à ce rejet, le demandeur persiste et réassigne notre sociétaire quelques mois plus tard devant les juridictions du fond.

Adénomes hypophysaires : quels sont les symptômes de ces tumeurs de l’hypophyse ?

De l'avis de l'expert "Les douleurs lombaires sont assez peu spécifiques et n'évoquent absolument pas une histoire neurologique ou hypophysaire pas plus d'ailleurs que la perte de 20 kg, symptômes qui très honnêtement ne peuvent pas être rattachés à un adénome hypophysaire", étant à noter qu'en plus le patient a reconnu lors de l'expertise qu'il n'avait pas signalé à l'époque les vertiges intermittents qui étaient de très brève durée.

Ce n'est que dans un deuxième temps et du fait d'une symptomatologie plutôt évocatrice d'un problème rachidien que ce deuxième médecin prescrira une IRM qui permettra le diagnostic quasiment fortuit de l'adénome.

tumeur hypophysaire de perte de poids

La suspicion clinique était donc jusqu'au bout quasi impossible. Dans son rapport critique, le médecin de recours ne démontre aucune perte de chance réelle et certaine. Le défaut de diagnostic représente-t-il systématiquement une faute du médecin? Juridiquement, il ne pèse sur le médecin qu'une obligation de moyens et non de résultat quant à la pose du diagnostic.

Il appartient donc au demandeur de prouver la faute du médecin. Il convient notamment de prendre en compte la difficulté du cas clinique.

Résumé de l'article :

En l'espèce, le demandeur avait lui-même saisi la CCI, laquelle avait désigné un expert spécialiste en neurologie et endocrinologie.

Le rapport d'expertise a été produit aux débats et a pu être critiqué par les parties. Ce rapport est très détaillé et répond parfaitement à la question de savoir si le retard de diagnostic est à l'origine d'une avis sur le maillot de corps minceur pour homme de chance. Ce rapport a été contradictoirement effectué et critiqué lors des débats, de sorte que le Tribunal écarte la demande de contre-expertise adverse.

Il y a effectivement eu un retard de diagnostic. Toutefois, ce retard peut s'expliquer par une difficulté à détecter chez un patient masculin une tumeur hypophysaire, notamment lorsque le seul symptôme révélateur trouble de l'érection n'a jamais été évoqué par le patient lui-même. De plus, ce genre de tumeur est malheureusement détectée trop tardivement, une fois que les symptômes neurologiques apparaissent. Or, le patient a évoqué lors des consultations des symptômes tels que fatigue, angine ou myalgie mais ne présentait pas en de signes neurologiques.

Une perte de poids ou des douleurs lombaires n'évoquent en rien des problèmes d'ordre neurologique. Sur le reproche relatif aux investigations en faveur d'une maladie de Lyme, le tribunal relève que le second médecin qui interviendra fera exactement la même démarche alors que cette piste avait déjà été creusée.

II ne peut donc être reproché au médecin traitant initial de ne pas avoir éliminé cette piste alors que son patient se plaignait d'une piqûre de tique. Après avoir quitté ce dernier, le patient a été orienté vers un infectiologue, un rhumatologue puis un neurologue.

Vos espaces thématiques

Ce parcours démontre que l'affection dont soufre le patient était difficile à détecter. II pourrait donc être reproché au médecin traitant initial de ne pas avoir confié le patient à des spécialistes. Mais en l'absence de symptôme clair, encore fallait-il savoir à quel spécialiste confier le cas de ce patient. Si les choses peuvent paraître claires aujourd'hui, à l'époque des faits, cette orientation vers un spécialiste n'était pas évidente.

Enfin, il n'est pas certain que, si le patient avait été diagnostiqué et donc opéré, le résultat n'aurait pas été le même.

tumeur hypophysaire de perte de poids